Et si on apprenait à se connaître? (4 de 5)

Robert; le pédagogue passionné par excellence!

Déjà la quatrième semaine de ces rendez-vous à « la presque aveugle » que je vous propose avec la belle famille des  Jardins Bio Campanipol. Et cette semaine, c’est un peu la source de tout ce qu’est Campanipol aujourd’hui que je vous présente avec fierté et admiration. Cette semaine, c’est Robert St-Arnaud, papa de Campanipol, qui est à l’honneur!

Ceux qui le connaissent le savent bien; Robert pourrait avoir sa photo à côté du mot « passion » dans le dictionnaire. Je ne l’ai jamais vu compter ses heures en 31 ans de carrière en tant que sa fille, son employée, ou son associée maintenant.

Le dévouement, la volonté d’apprendre constamment, le besoin de se démarquer, d’innover, ne sont que quelques traits de la complexe personnalité de cet homme pour qui la formation, la rigueur, l’amour de son travail et la persévérance sont inconditionnellement de mise. Rigoureux et déterminé en affaires, il va sans dire que Robert est pour nous plus qu’un associé, et plus qu’un patron; c’est notre papa! Et on a de quoi être fier(ère)s de pouvoir compter sur ce grand homme, autant comme père de famille que comme mentor.

Les tout débuts; Robert (assisté de Florence!) à l’empaquetage de la farine de sarrasin biologique probablement autour de 1989/1990.

« Quelque part au milieu des années 80, j’ai participé à une formation en agriculture biologique dans laquelle on nous a présenté un reportage sur une forme de mise en marché qui se développait en Europe, l’agriculture soutenue par la communauté. Une formule qui liait des familles avec une ferme  qui s’engageait à les fournir en fruits et légumes pour une partie de l’année en échange du paiement d’avance  pour les produits à venir.

Une idée qui m’a inspiré et qui est devenue le pivot de la mise en place de la ferme et de son développement à partir de 1992. C’est une belle manière de créer un lien fort entre producteurs et consommateurs, en fait de dépasser ce simple rapport pour en faire un lieu d’échange. C’est un élément qui m’a toujours motivé à poursuivre dans ce sens.

Robert; déjà en mentorat avec Félix pour lui apprendre les rudiments de la gestion d’entreprise (1994)!

Comme pour toute nouveauté, la mise en place fut ardue mais avec les années, l’implication d’Équiterre, l’intérêt des consommateurs et de plusieurs fermes, la formule s’est installée et est devenue le Réseau des fermiers de famille. Il faut se féliciter de ce résultat mais sans négliger de poursuivre nos échanges de manière à ce que la formule évolue selon les besoins de chaque partenaire.

La ferme Campanipol a pris sa place dans ce mouvement et continuera à le faire grâce à la reprise de la ferme par les 3 enfants qui, déjà, posent des gestes significatifs pour l’avenir. C’est une fierté pour moi de les voir reprendre le flambeau pour continuer à fournir des produits de qualité dans une relation conviviale avec les familles participantes. »

 

 

Ajouter un commentaire